L’actualité Rue et Cirque vue par Karwan
en région Provence-Alpes-Côte d’Azur
depuis La Cité des Arts de la Rue

logo karwan

Brèves

La Mondiale générale en création

picto-photo
Cet automne/hiver, la compagnie La Mondiale générale sera en résidence pour créer la forme courte de leur nouvelle création "Sabordage !"
6 semaines pour construire une piste, monter sur des bastaings, nourrir un univers, imaginer des costumes, entrer à plusieurs dans un cerceau, créer du débat...

- Du 26 septembre au 8 octobre : Résidence au PJP - Le Revest les Eaux, Ecole fragile - Cie Attention fragile
- Du 31 octobre au 10 novembre : Résidence au CREAC de Marseille (Sortie de résidence le jeudi 10 novembre)
- Du 12 au 21 décembre : Résidence à la Friche de la Belle de Mai avec le Théâtre Massalia
- Du 9 au 14 janvier : Résidence au Citron Jaune, CNAR à Port St Louis du Rhône
- 15 janvier à 15h30 : AVANT-PREMIERE de Sabordage !, version courte au Citron Jaune, CNAR à Port St Louis du Rhône
- Du 16 au 20 janvier : Résidence à la Friche de la Belle de Mai avec le Théâtre Massalia
- 21 et 22 janvier à 14h et 17h30 : PREMIERES de "Sabordage !", version courte, à la Friche de la Belle de Mai avec le Théâtre Massalia, dans le cadre de la Biennale Cirque PACA


Le projet "Sabordage" se décline donc en 2 pièces de cirque distinctes :
- Une forme courte destinée à l’extérieur pour 4 acteurs/acrobates/régisseurs.
- Une forme longue destinée à la salle avec une équipe élargie tant au niveau des techniciens que du plateau.
Elles devront posséder leurs partitions propres et emprunter le moins possible, voire aucune, des phrases chorégraphiques de l’autre forme.

Le temps de prendre le temps, bizarre par les temps qui courent. Quel temps nous reste-t-il en fait ? Est-il vraiment temps de ralentir ? Ou au contraire doit-on sans cesse tendre à rattraper le temps perdu ? Tant il est temps pour nous de disparaître...
L’Homme a-t-il le temps de se sauver de lui-même ?

"Ouroboros" est le premier titre du projet. Il est encore présent par sa force symbolique. C’est une représentation d’un serpent ou d’un dragon qui se mord la queue, un cycle d’évolution refermé
sur lui-même. Il est aussi l’expression graphique du paradoxe. On peut y lire le renouvellement, l’autofécondation, l’espoir… mais aussi le cercle vicieux, le perpétuel retour, la pulsion de mort…
Il est banal de constater les fabuleuses potentialités de l’homme, tant sur le plan intellectuel que physique. Il est chaque jour capable de dépasser son record de la veille. Il sait aussi faire preuve d’une incroyable sagesse, ayant conscience de lui-même et de tout son environnement. Mais aujourd’hui, plus encore qu’hier, nous sommes touchés (affligés même) par sa propension à l’autodestruction. L’actualité étale chaque jour des faits incompréhensibles et abjects. Il est en haut de l’échelle alimentaire. Il est son seul régulateur, son seul prédateur. Quel chemin prend-il pour s’annihiler ?

Tous ! Il empoisonne ce qu’il boit, ce qu’il mange, ce qu’il respire. Il tue celui qui vit de l’autre côté de la frontière, celui qui vit du même côté que lui, il tue son voisin, son frère et même ses enfants. La liste est
longue… L’inhumain nous guette à la lisière de l’humain.

L’écriture et la forme
Le constat est une des fondations de la prochaine création (c’était déjà celui de la précédente !). C’est la première obsession du projet, comme la première pierre. Cela ne veut pas dire que le spectacle sera militant, une fondation donne la forme d’un édifice mais n’est pas réellement visible.

Le média principal sera le cirque.
On éclairera le propos par la mise en situation et l’absurdité de chaque comportement, de chaque réaction. Dans ce monde, aux mauvaises règles du jeu, aucune réponse n’est la bonne. Le cirque permet de styliser par l’exploit des situations absurdes sans rentrer dans la psychologie des protagonistes. L’acte circassien sera le cœur de chaque partition.

De par la nature du duo d’auteur, la technique propre au spectacle vivant (lumière, son, effets spéciaux, changements de décors...) sera un des appuis forts de cette dramaturgie. On ne veut pas traiter le cirque de façon réaliste mais déployer sa puissance plastique et graphique.

La Mondiale générale
Maison de la vie associative
Boulevard des Lices
13200 Arles
Port : + 33 6 63 11 87 87
contact@lamondialegenerale.com

www.lamondialegenerale.com

39 Projets en cours

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8